On n’achète pas une propriété comme on fait ses emplettes au supermarché. Et on ne vend pas un bien immobilier comme on se départirait d’autre chose. Voici les secrets d’une transaction immobilière réussie.

Quiconque a déjà acheté ou vendu une propriété sait combien l’expérience peut être aussi excitante que stressante. Comment faire un bon choix ? Que faut-il savoir ? Comment s’assurer d’être bien protégé avant, pendant et après la transaction ? C’est le type de questions qui tenaillent bien des propriétaires ou futurs propriétaires. Et avec raison !

« Acheter ou vendre une propriété est de loin la transaction la plus importante qu’une personne peut effectuer dans sa vie. Il faut donc prendre la chose au sérieux et s’assurer d’être bien guidé tout au long du processus, qui peut se révéler complexe », rappelle Nadine Lindsay, présidente et chef de la direction à l’Organisme d’autoréglementation du courtage immobilier du Québec (OACIQ).

Responsable d’appliquer la Loi sur le courtage immobilier, l’OACIQ assure la protection du public en encadrant le courtage immobilier et hypothécaire afin de diminuer les risques inhérents à une transaction immobilière.

Voici trois conseils pour vous préparer à vendre ou à acheter une propriété.

Photo : Rawpixel
1. Informez-vous

Pour prendre des décisions éclairées, mieux vaut être bien informé. Le site de l’OACIQ est ainsi un précieux allié pour qui souhaite acheter ou vendre une maison, louer un immeuble commercial ou encore renouveler ou acquérir une hypothèque. En quelques clics, vous y trouverez une mine de renseignements, notamment sur l’encadrement de la pratique des courtiers immobiliers et hypothécaires et sur les protections dont vous bénéficiez lorsque vous faites affaire avec un courtier, mais également sur le certificat de localisation, l’inspection en bâtiment, les recours en cas de vices cachés, etc.

L’OACIQ produit aussi le Guide de l’acheteur et le Guide du vendeur, deux aide-mémoires téléchargeables gratuitement sur son site. « Ces outils ont été conçus pour que le consommateur comprenne les diverses étapes d’achat et de vente d’une propriété avec un courtier, tels les devoirs et obligations de ce dernier, le financement, l’inspection, la promesse d’achat ou la déclaration du vendeur, et qu’il se sente ainsi plus en confiance », explique Nadine Lindsay.

De plus, l’OACIQ conçoit et assure la mise à jour de quelque 50 formulaires de courtage que seuls les courtiers peuvent utiliser, comme la promesse d’achat, le contrat de courtage à signer avec son courtier ou la déclaration du vendeur, qui donne tout le pedigree de la propriété convoitée. « Ces formulaires permettent de normaliser les transactions immobilières et, par conséquent, d’en diminuer les risques, poursuit Nadine Lindsay. Ils reflètent aussi les devoirs de conseils du courtier, qui doit expliquer à son client chacune des clauses et leur importance dans la transaction. »

Photo : Shutterstock
2. Choisissez bien votre courtier

 Plus de 15 000 courtiers immobiliers et hypothécaires pratiquent au Québec. Aussi bien dire qu’il y a du choix lorsqu’on recherche un professionnel capable de nous guider dans les dédales de l’achat ou la vente d’une propriété. Mais encore faut-il trouver le bon courtier, c’est-à-dire celui qui saura nous écouter et nous conseiller avec diligence et qui respectera les obligations déontologiques qu’il a en vertu de la Loi sur le courtage immobilier.

Pour vous assurer de faire affaire avec un courtier immobilier ou hypothécaire qualifié, l’OACIQ met à votre disposition le Registre des titulaires de permis, qui permet, entre autres, de vérifier si le courtier possède un permis valide, de connaître quels sont ses domaines d’expertise en fonction des formations qu’il a suivies (copropriétés, propriétés riveraines, etc.) et de voir si son dossier contient des mentions disciplinaires.

Photo : Shutterstock
3. Ne restez pas sans réponse

Si vous avez des questions par rapport à votre transaction, le centre de renseignements Info OACIQ peut vous fournir de l’information concernant :

  • votre transaction immobilière ou hypothécaire dans laquelle un courtier est impliqué ;
  • la Loi sur le courtage immobilier et ses règlements ;
  • le contrat de courtage, la promesse d’achat ou d’autres formulaires de courtage immobilier ;
  • les activités, les produits et les services offerts par l’OACIQ.

Communiquez avec Info OACIQ par courriel à info@oaciq.com, ou par téléphone au 450 462-9800 ou au 1 800 440-7170. Au besoin, les agents d’information vous dirigeront vers d’autres ressources appropriées.

 

71 % des consommateurs québécois

croient bénéficier, ou ne savent pas s’ils bénéficient, des protections offertes par la Loi sur le courtage immobilier lorsqu’ils font affaire avec des entreprises d’assistance (vente sans courtier) qui, elles, ne sont pas encadrées par l’OACIQ. Source : Synopsis, 2017

Source:L'Actualité

Par Claude Beauchamp